Au même endroit, où il y a vingt-six ans, Ibrahim Ali se faisait assassiner par des colleurs d’affiches FN.

« Combien d’Ibrahim Ali avant qu’on se réveille« , pouvait-on lire sur une fresque proche de la plaque en mémoire au jeune homme. Ce dimanche 21 février, le maire de Marseille, Benoît Payan a officiellement inauguré l’avenue Ibrahim Ali. 26 ans jour pour jour que ce jeune rappeur décédait à 17 ans d’une balle dans le dos par des colleurs d’affiches du Front National.

Ce dimanche matin, il était une centaine pour rendre hommage au jeune Marseillais disparu le 21 février 1995. À l’angle de la rue Le-Chatelier, dans le XVe arrondissement de Marseille, devant un entrepôt Kiloutou. De toute évidence, que ses amis, ses proches se retrouveront ici pour ne pas oublier le jeune de la Savine. Les mêmes qui demandent depuis 26 ans à l’ancienne municipalité cet hommage. Et qui n’a jamais accepté.

« Marseille renoue avec son histoire »

C’était une promesse de campagne du Printemps Marseillais lors des élections municipales. Parole tenue, de la nouvelle municipalité. Représentée par le maire, Benoît Payan ce dimanche matin. Samia Ghali, élue du secteur et deuxième adjointe de la ville n’était pas présente sur les lieux, car cas contact. « La ville de Marseille rend justice en honorant un de ses enfants« , souligne le maire socialiste au début de son discours avec une forte émotion. D’ailleurs, elle se fait ressentir dans la foule présente. En effet, on peut entendre certains en sanglots, mouchoir à la main avec un tee-shirt rendant hommage à Ibrahim Ali.

Cette décision de renommer l’avenue des Aygalades a été voté au conseil municipal le 8 février dernier. En outre, Benoît Payan se dit fier que « Marseille renoue avec son histoire en écrivant en lettres capitales le nom d’Ibrahim Ali. » Une avenue qui « traverse une partie des quartiers Nord, des quartiers depuis trop longtemps ignorés. » Après une minute de silence, la plaque est dévoilée par Benoît Payan. Pour finir, une Marseillaise est scandée par la foule.

Par Enzo Buonalana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *