La Sicile aussi est touchée par le COVID-19. Graziella Zaffora raconte brièvement son confinement.

Graziella nous raconte dans sa langue maternelle son confinement.

L’Italie se déconfine doucement, qu’est ce qu’il se passe pour toi en Sicile ?

« Il commence à rouvrir maintenant, mais ce n’est pas total. À partir du 4 mai, vous pouvez rencontrer les parents, mais toujours avec des mesures de sécurité (distance et masque). À partir du 18e jour, les restaurants, les coiffeurs et les bars rouvriront. Vous pouvez peut-être aussi voir vos amis. Je n’ai vu personne pour le moment. À partir du 25 mai, on pense que vous pourrez retourner aux gymnases et peut-être que je pourrais retourner à Palerme parce que je suis à Enna pour le moment. »

Où et comment as-tu vécu le confinement ?

« Tout s’est bien passé dans ma famille. J’étais dans le village avec eux, car j’étais là quand le Premier ministre Conte a annoncé la quarantaine, je suis restée ici et je suis toujours avec ma famille. Bien sûr j’étais habituée à avoir des engagements quotidiens comme tout le monde et c’était un peu difficile. Mais nous étions conscients que toute cette situation dépendait de chaque citoyen. Nous avons donc fait notre part en respectant les règles. Mais nous nous sommes sentis un peu en colère parce que tous les citoyens ne comprenaient pas cette urgence, et certains d’entre eux ont violé ces règles. »

Quand penses-tu revoir les membres de ta famille ?

« Nous ne pensons pas que le risque soit lointain car mon père est médecin à l’hôpital d’Enna, l’un des endroits les plus touchés aujourd’hui après Palerme et Catane. Cette situation nous a donc un peu déstabilisés. Parmi nous, dans la famille, il n’y a plus les relations de proximité d’avant. Nous essayons de respecter les espaces qui nous séparent. Vous comprenez qu’un médecin peut être plus à risque, c’est pourquoi nous évitons également d’entrer en contact avec des personnes extérieures à la famille. »

Comment se poursuivent tes cours ?

« Nous faisons les leçons et les examens on-line avec une Portal qui s’appelle Teams. L’université devrait reprendre en septembre comme tous l’école. C’est pas facile et jamais dans ma vie j’aurais pensé que l’université m’aurait manqué.
J’espère qu’un vaccin sera bientôt trouvé pour que la Sicile, les Siciliens et son tourisme puissent bientôt renaître… »

Propos recueillis et traduis par Méva Lauret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *