Le Sénat approuve la demande du président du Conseil de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 15 octobre. Le pouvoir exécutif aura donc des prérogatives renforcées.

« Le virus continue d’évoluer » en Italie

Le Sénat a adopté ce mardi la proposition de Giuseppe Conte de prolonger l’état d’urgence sanitaire en Italie jusqu’au 15 octobre. Face aux critiques reçues de la part de l’opposition, le président du Conseil s’est abstenu de proposé une prolongation de l’état d’urgence jusqu’à la fin de l’année, comme il avait annoncé. Cette demande ce justifie par le fait que « le virus continue d’évoluer et n’a pas achevé sa course. Il serait incongru de suspendre abruptement une mesure aussi efficace« , a déclaré Giuseppe Conte devant les sénateurs présents ce mardi.

Italie
Giuseppe conte avec ses conseillers

Le pouvoir des exécutifs bétonné

Cette prolongation de l’état d’urgence sanitaire permet à l’exécutif d’élargir ses pouvoirs . En effet, le gouvernement renforce ses pouvoirs nationaux mais également régionaux. La proclamation des zones rouges où le virus circule d’avantage, renforcer les besoins pour le milieu hospitalier, est facilité pour l’exécutif avec la prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Il facilite également les procédures administratives. Rappelons que l’Italie s’apprête à rouvrir ses écoles en septembre après 6 mois de fermeture.

Une deuxième vague évité par l’Italie ?

L’Italie a été l’un des pays d’Europe les plus durement frappés par le coronavirus avec plus de 35 000 morts. A ce jour le pays compte 246 500 cas confirmés par le nouveau coronavirus.

Malgré ce bilan dramatique, l’Italie est surement l’un des pays d’Europe qui a le mieux réussi son déconfinement. En effet, depuis un mois l’Italie compte en moyenne 170 cas, contre 604 en France et 654 cas journaliers en Espagne. Pour compléter ce constat, l’Italie teste plus que la France. En moyenne 50 000 tests en Italie contre 40 000 en France. Sur place les habitants respectent à la lettre les consignes données par les autorités. Une amende de 1 000€ est adressée aux contrevenants qui ne porteraient pas le masque dans la région de Campanie.

Par Enzo Buonalana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *