Ce nouveau confinement est une nouvelle fois pas au goût des restaurateurs, qui ont désormais pour seule source de survie la livraison ou le click & collect. Cette digitalisation n’est, par ailleurs, pas à la faveur de tout le monde.

La livraison sauve certains restaurateurs 

Aujourd’hui, les restaurateurs mettent en place des systèmes de ventes à emporter après les annonces de reconfinement par le Président de la République Emmanuel Macron. Cette prise de parole a eu l’effet d’une douche froide pour les restaurateurs marseillais. Ce reconfinement est vécu comme « un sacrifice économique » par le gérant d’un restaurant marseillais qui a souhaité rester anonyme.

En effet, depuis l’allocution du mercredi 28 octobre, dans laquelle le Président Emmanuel Macron annonçait un reconfinement total de la France au vu de l’augmentation des cas de la Covid-19, les bars et les restaurants étaient contraint de baisser leur rideau. Les conséquences économiques s’avèrent dramatique. 

Ce restaurateur fait parti des 66 % de restaurateurs qui s’étaient lancés dans la vente à emporter en mars 2020, lors du premier confinement. Le restaurateur explique qu’il a décidé de ne pas s’engager avec une grande enseigne de livraison pour « garder le contrôle et ne pas être dans l’obligation de verser encore plus de frais ».

Les restaurateurs percevront des aides

Dans le 6e arrondissement de Marseille, la place Castellane est déserte ce lundi 2 novembre. « Nous continuons à faire des plats du jour pour les personnes travaillant dans le quartier », explique désemparé Jonathan Ollivier, gérant de la rôtisserie / brasserie Le Castellane.

« Nous avons reçu aucune aide de notre assurance », déplore le dirigeant de la rôtisserie. « La seule aide que nous avons perçu est l’agent de l’assureur lui-même qui nous a offert l’équivalent d’une année de cotisation », ajoute Jonathan Ollivier qui voit son Chiffre d’affaire s’effondrer.

Pour rappel, le jeudi 29 octobre, le Premier ministre Jean Castex a convié la presse autour du gouvernement pour détailler les mesures du reconfinement. Le ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire a promis que « le fond de solidarité sera réactivé pour toutes les entreprises sans exception ». Il précise que cette aide sera versée « pour la durée du confinement ». 

Interview de Jonathan Ollivier

La livraison et le click & collect vraiment utiles ? 

En revanche, certains restaurants, tel que Le Palmier dans le 1er arrondissement de Marseille, c’était déjà tourné vers des services en ligne. 

“On fait de la vente à emporter sur toutes les plateformes connues et on a également nos livreurs si les gens commandent directement de notre site”, détaille le très pressé patron, qui souhaite rester anonyme, de ce restaurant tunisien. “Cela doit faire un an et demi qu’on le fait. En tout cas bien avant le premier confinement. Ce qui fait qu’on perd seulement les tables”.

Ces tables, justement, sont bien sûr le plus important aux yeux du groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI) de la région PACA. 

“La livraison ou le click & collect permettrait peut-être de gérer les stocks mais sans les personnes qui mangent sur place ça ne change rien”, assure Christiane Thibault, vice-présidente du GNI Région Sud, depuis la création du syndicat, en 2018. “Donc je ne pense pas que la digitalisation en période Covid aurait changée grand chose”

Néanmoins, la digitalisation est un point sur lequel le syndicat se penche, en ce moment, pour des apports sur le long-terme.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *