La direction de l’Olympique de Marseille s’est une nouvelle fois attiré les foudres des supporters marseillais. Elle indique dans un communiqué la mise demeure des associations de supporters.

Le dialogue est définitivement rompu entre la direction de l’OM et ses supporters. Deux semaines après les incidents survenus à la Commanderie, le club a annoncé ce mardi après-midi via un communiqué son intention de lancer un vaste projet baptisé « Agora OM« . Plus précisément, l’objectif est de créer une concertation entre « amoureux de l’OM« . D’ailleurs, ce projet a été initié par l’ennemi numéro un des supporters marseillais : Jacques-Henri Eyraud. Le Directeur général du club, Hugues Ouvrard, est également à l’initiative du projet.

« Au moment où ont été entamées différentes procédures judiciaires à l’encontre des éléments violents qui s’en sont pris au centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus le week-end du 1er février, qui ont mis en danger l’ensemble des salariés de l’OM présents sur site, ce projet vise à rendre le supportérisme à tous les amoureux de l’Institution OM et de ses valeurs d’exigence et de respect, de non-violence et de diversité. Nous avons pris la décision de ne plus tolérer aucune violence commise par les supporters ultras. Nous le leur avons signifié par l’envoi d’un courrier de mise en demeure affirmant notre volonté de mettre fin à ces pratiques. »

« La direction et les supporters s’unissent »

Ce projet mis en avant par la direction marseillaise, rappelle le plan de Robin Leproux en 2010. En effet, le dernier président du PSG avant le rachat des qataris avait précipité la fin du mouvement ultra au Parc des Princes. Il faut souligner que, ce changement est arrivé après la mort d’un deuxième supporter du PSG.

Malgré, cette comparaison, Hugues Ouvrard assure à l’AFP vouloir « entamer un dialogue et mettre en place un plan d’action pour refondre le système du supportérisme« . En outre, le directeur général du club affirme que ce projet « n’est pas de la démagogie ni un comité Théodule ».

Le hashtag #BoycottAgoraOM flambe

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les supporters marseillais s’insurgent après ce communiqué. Certains groupes de supporters ont reçu une simple mise en demeure. Tandis que d’autres, qui ne sont pas concernés par les incidents à la Commanderie, se sont vu adresser une mise en stand-by de la convention signée en 2016. Elle avait acté à l’époque la reprise en main par le club de la vente des abonnements aux supporters.

Sur Twitter, le hashtag #BoycottAgoraOM est arrivé rapidement sur les réseaux sociaux. « Dégout« , « triste« , « énervé » voilà ce qu’on peut lire sur le fil Twitter. Le hashtag est ce lundi soir 3e des tendances Twitter en France.

Les élus marseillais s’unissent comme un seul OM

De gauche à droite, les politiques marseillais ont fait front contre le projet « Agora OM« . En premier lieu, le maire de Marseille, Benoît Payan, demande sur Twitter à Jacques Henri Eyraud de « calmer le jeu« .

Dans la majorité municipale, Michèle Rubirola (1ère adjointe) Samia Ghali (2e adjointe), Sébastien Jibrayel (adjoint aux sport), sont tous unanimes et se rallient aux supporters olympiens.

Du côté de l’opposition Martine Vassal, présidente du département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille a réagi après la publication du communiqué de l’OM. Le maire des 9e et 10e arrondissements, Lionel Royer-Perreaut s’est également opposé à l’initiative de l’Olympique de Marseille.

Pour finir, les groupes de supporters ont jusqu’au 1er mars pour répondre à la direction du club.

Par Enzo Buonalana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *