Les prévisions estiment à près de 4000 tonnes d’olives récoltées cette année mais ce qui est notable c’est la différence de récolte entre le sud Est e l’extrême Sud de la France

Dans les Bouches-du-Rhône, c’est « faible »

« Une récolte 2020 remarquable par sa forte hétérogénéité ». Yves Guillaumin, directeur de Franceolive, fait le constat de cette récolte d’olive 2020, toujours pas complètement terminée. Ce qui est donc notable c’est que, cette année, plus on va vers l’Ouest moins la production a été fructueuse :

  • Alpes-Maritimes : « Une belle récolte, supérieure à celle de 2019″
  • Var : « Belle campagne en littoral. Le centre Var a gelé »
  • Vaucluse : « C’est mitigé et très hétérogène »
  • Drôme : « La récolte est pas fini là-bas encore mais le gel de ces derniers temps risque d’endommager la fin de récolte« 
  • Bouches-du-Rhône : « Faible »
  • Gard : « C’est moyen et hétérogène aussi. La région autour de Nîmes a été pas mal »
  • Hérault et Aude : « Vraiment pas beaucoup, c’était très faible »

Une huile d’olive « top »

Les chiffres totaux ne sont pas encore publiés mais les prévisions 2020 sont « une agréable surprise car on s’attendait à moins », assure Yves Guillaumin. « On pense et on espère environ entre 3800 et 4000 tonnes d’olives récoltées. » A titre de comparaison, l’année 2019 s’était soldée par 3200 tonnes de récoltes. Une année 2020 donc « correcte » avec ces chiffres mais aussi avec l’huile. En effet, cette année, « la qualité de l’huile d’olive est top », se réjouit le directeur de Franceolive. Et, ce dernier, a une explication très concrète en ce qui concerne l’hétérogénéité et la qualité de l’huile d’olive.

Comme dis précédemment, la récolte des olives n’est toujours pas terminée, y compris pour les oléiculteurs dis « amateurs ». Ce sont d’ailleurs eux, les propriétaires d’oliviers dans leur jardin, qui représente la plus grandes parties des oléiculteurs en France : 15 000 sur les 25 000 oléiculteurs de France, selon le dernier recensement général de l’agriculture. Pour ces oléiculteurs-là, il suffit juste d’amener ses olives dans un des moulins de la région.

Par Paul-Roch Bruneton

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *